Le monde de l'ultra-léger selon ...un peu tout le monde

Depuis le temps que je côtoie le domaine de l'aviation, j'ai entendu une impressionnante liste de commentaires sur cette passion qui nous anime tous: le vol: en ultra-léger bien sûr. J'en partage avec vous quelques-uns de mémoire. Évidemment, j'ai, par exemple, troqué l'identité de ma voisine qui a peur de son ombre par celle de ma belle-sœur, afin de ne pas offusquer ma voisine. Mais à part ça... les commentaires que je n'ai pas entendu personnellement m‘ont été rapporté comme pure vérité, juré, craché. Et si vous traînez un peu dans un aéroport près de chez vous, vous les entendrez sûrement.

Au fait, vous le remarquerez sans doute au cours de la divertissante lecture qui suit: la qualité du français oral peut sembler médiocre. La technologie moderne ainsi que la tribune que m'offre ce magazine ne me permettant pas de laisser libre cours à mes fantasmes littéraires par un autre médium... que le littéraire, j'ai donc dû sacrifier l'orthographe au profit de la phonétique. J'ai en effet conservé quelques mots de joual afin de mieux rendre l'émotion du moment où le commentaire fut verbalisé. Je m'en excuse à l'avance auprès des bacheliers en littérature qui auront ici, une fois de plus, hélas! une preuve de plus du piètre état du français parlé en Canada. Je tiens tout particulièrement à m'excuser auprès des Européens fraîchement débarqués qui ne comprendront que dale à ce texte. Une traduction sera disponible auprès de l'éditeur à prix d'or. Le plus simple est encore de demander à un cousin canadien, pilote autant que possible, de vous en faire la traduction.

Ce que pense un mécanicien de moteur d'avion de l'ultra- léger : « J'veux même pas les voir dans ma cour. As-tu vu les moteurs qu'il y a là-dessus? Des chaises de parterre avec des moteurs de tondeuses. »

L'opinion du mécano d'avion ultra- léger, par contre, diverge quelque peu : «Ces moteurs sont modernes et très fiables; double allumage électronique, refroidissement liquide, léger, simple à opérer, mélange automatique, ça ne givre à peu près plus… 90% des problèmes, qui sont évidemment très rares, viennent du siège du pilote.

Mécano du coin, probablement un beau frère : « Pourquoi cé faire que t'installes pas le moteur de ma moto sur ton engin? C'est pas tuable ces moteurs-là…..Mon chum a fait du millage avec ça comme c'est pas possible, pis y est ben plus fort; avec ça t'irais ben plus vite ».

Pilote d'avion conventionnel après son cinquième café à l'aéroport de Saint-Hyacinthe: «C'est bon à rien, ça avance pas. C'est bon juste pour faire 10 milles autour de l'aéroport. Combien vous dois-je pour le café? Je retourne à Beloeil.»

Son copain pilote qui n'est qu'à son quatrième café : «Ils sont fous d'acheter ça; ça coûte plus cher que mon avion. Toi, combien ça t'a coûté ton inspection annuelle? J'ai volé pas mal l'an passé, j'ai dû faire un bon 20 heures. Qu'esse-tu veux, au prix qu'est le gaz. »

L'autre copain, en retard, No 2 en vent arrière derrière un ultra léger : «Y vas-tu se tasser du chemin avec sa zézette? Je suis sur le bord du décrochage, si ça continue, je vais devoir allonger mon vent arrière jusqu'au fleuve pour lui laisser le temps de se poser. »

Le pilote de l'ultra-léger, No 1 dans le circuit, à peine 5 secondes après s'être finalement posé :
 « Piste 02 dégagée. »

Propriétaire d'aéroport où sont basés des ultra-légers : « Ils ont l'air de s'amuser; il y en a ben un de temps en temps qui revient sur un trailer, mais ça fait un bout de temps que ce n'est pas arrivé. »

Propriétaire du terrain adjacent à l'aéroport ci-haut mentionné, lors du passage d'un appareil qui a sur les ailes toutes les couleurs de l'arc-en-ciel : « Un autre qu'on va ramasser dans un arbre. »

Propriétaire d'aéroport où ne sont pas basés des ultra-légers : « Il en vient de partout et ils ne prennent même pas de gaz; mais ils sont mieux d'avoir des radios, pis de faire leurs circuits comme du monde. »

Contrôleur aérien: “Maintenez la vitesse élevée jusqu'en courte finale.” Et après un interminable bâillement : « Vous êtes No.1, autorisé à atterrir, quittez sur Alpha.»

Pilote d'ultra-léger au départ d'un aéroport contrôlé : « Si j'ai 300 pieds de disponibles à partir de l'intersection, je peux accepter un départ à partir de là. »

Spécialiste d'information de vol, bon prince : « Les vents prévus sont de plus de cinq nœuds, le vol VFR n'est pas recommandé. Il y a eu de la turbulence légère de rapporté par un Cessna 150; est-ce que j'annule votre plan de vol? »

Le voisin, qui a vu l'évolution de la construction de la machine volante au cours des années : « Ça fait 2 ans qu'il brette après ça. J'pense pas que ça va voler un jour... As-tu vu avec quoi c'est fait? Si au moins, il avait utilisé du bois franc... »

Épouse réticente : « Toi pis tes cossins...T'es ben comme ton père! Ma mère me l'avait bien dit que t'étais pas comme les autres... Toi pis tes idées! Ça coûte combien encore c'te petit cadran-là? Ça pue donc ben le gaz ton affaire!... A quelle heure tu reviens? Oublie pas, on va souper chez ma mère. » Je vous fais grâce ici de ou des réponses du pilote à ces commentaires positifs.

Épouse compatissante : « Y a l'air à avoir du fun, mais il m'embarquera pas là-dedans. »

Épouse résignée : « Cou'donc, il a l'air de s'amuser. J'aime mieux le voir là qu'aux danseuses. »

Une madame rencontrée à une exposition aéronautique: «Tu me paierais cher pour embarquer là-dedans. » Quant à la réponse qui me venait à l'esprit, à vous de choisir l'option que vous préférez : a) Il me restait encore assez de courtoisie pour ne pas élaborer sur le poids maximum au décollage. b) C'était le premier jour de l'exposition et j'avais encore beaucoup de patience. c) Ma femme m'a fait des gros yeux menaçants en lisant dans mes pensées. Je gagerais ma dernière chemise que tous les hommes mariés ont choisi "c").

Mon grand père, qui avait vu le jour l'année ou les frères Wright ont fait leur premier vol :
 « As-tu vu l'gréement, c'est bâti avec des allumettes, pis le diable les charrie… Décolle le vent dans le dos, ça va décoller plus vite. »

Ma grand-mère, ou peut être ma mère : « Va pas trop vite avec ça, pis vole pas trop haut non plus! Ça s'peux tu…»

La belle sœur : « Y est fou, l'ta…. Que j'te vois embarquer mes filles là-dedans! »

L'ami d'enfance, au regard ahuri : « Tu vas embarquer là-dedans? Il existe des façons moins chères pour se suicider. T'es sûr que tu viens pas à la pêche en fin de semaine. »

Le pilote de ligne désabusé dont le principal sujet de conversation est son fond de pension et les quelques années qui lui restent à gérer un cockpit. Bien sûr, il ne vole rien qui n'ait au moins deux turbines : « Me semblait qu'on avait évolué depuis les frères Wright. C'est quoi l'idée de réinventer la roue? Des pistons! Deux temps! Ils sont malades. Où veux-tu aller avec ça? »

Instructeur d'avion conventionnel à un client qui envisage l'achat d'un ultra-léger:  « Commence à réviser les procédures de panne moteur, est-ce qu'il y a un manuel d'opération, au moins? Comment ça s'appelle déjà ton affaire? »

La réceptionniste d'une école de pilotage. Si jamais, elle a la grandeur d'âme de daigner vous adresser la parole. Ouiiii??? (L'altitude de l'appendice nasal de l'interlocutrice est directement proportionnelle à l'achalandage de l'école.) Après tout, votre vis-à-vis a au moins un permis d'élève-pilote et a probablement fait son solo sur un C150 (le grand frère du C140) dans la semaine qui précède; d'où son air de supériorité. N.B. : Le nez du pendant masculin de la réceptionniste atteint une altitude tout aussi équivalente.

Le pilote d'ultra-léger: « Petite merveille de modernisme propulsée par le summum de la technologie moderne. Matériaux d'avant-garde, fiable, confortable, silencieux, rapide, sûr, efficace, écologique, élégant, racé, sentiment de liberté absolue, beau, bon, pas cher. Ça parle pas pis c'est juste.»